Uncategorized

Antisocial ?

C’est une question que je me pose.

En fait, c’est suite à la fête du lycée, hier soir, que je me pose cette question. N’empêche, ça m’a donné des réponses cette soirée : j’ai enfin compris pourquoi je n’étais jamais allé en boîte.
Pour replanter le décors, les gorilles en rouge avaient transformé notre cher lycée en salle des fêtes, ou plutôt deux salles des fêtes : dans la première, des groupes jouaient, ambiance un peu rock ; dans la seuxième, c’était soirée techno avec le DJ de la Loco (trop cooooooool…) et tous les abrutis qui dansaient sur les podium. Enfin, je dis “abrutis” mais ça n’est pas péjoratif, jusqu’ils avaient l’air d’abrutis à se trémousser là…

Parce que danser dans cette atmosphère saturée, ça n’est pas possible : d’une part, il fait trop chaud pour avoir le courage de bouger beaucoup. D’autre part, c’est tout simplement parce qu’il n’y a pas la place ! La concentration d’être humain au mètre carré atteint des sommets ! Donc on se contente de se trémousser…

Voilà donc pourquoi je comprend pourquoi je ne vais pas en boîte. En plus, certains doivent trouver un certain plaisir (je prend de sacrées pincettes !) à se trémousser là. Moi, je n’ai pas l’impression d’être à ma place, je me sens profondément ridicule. “Ridicule ? Mais qu’est-ce t’en as à faire ?”. Et bien, je me sens ridicule vis-à-vis de moi-même, surtout que je ne sais même pas me trémousser. C’est pourtant pas bien difficile, mais je suis dans l’incapacité de faire un quelconque mouvement sur les BOUM-BOUM balancés en patûre aux danseurs.

Le pire dans cette concentration humaine, c’est que l’on est pas plus accompagné que d’habitude. Preuve en est la réaction de Aude ce matin : “j’étais toute seule tout le temps”. C’est totalement surréaliste comme remarque ! Elle avait 20 personnes par seconde autour d’elle !

Enfin, moi je suis resté avec Aliénis déguisé en Steeve (ou l’inverse, on ne sait jamais trop avec lui) dans la salle des concerts… Là, je peux bouger, ça ne me demande pas d’effort… Bizarre…

Dans ce genre de soirée, tout le monde s’attend à ce que vous vous trouviez une copine… Mais je crois pas que c’est l’envie qui me submerge. En plus, c’est assez décourageant : tout autour de soi, on a un panel impressionnant de baisers différents. Comprenez, des amoureux se bécotant (on dit encore ça de nos jours ?). Ce qui donne cette impression que toutes les filles présentes ont déjà un petit copain. Donc, ça n’est même pas la peine de se donner la peine. Probablement, qu’elles sont dans l’ambiance boîte de nuit. Mais ne comptez pas sur moi pour aller là-bas.

C’est cela qui me fait penser que je suis un antisocial chronique, du côté affectif obscur de la Force (pour le plaisir. Private Joke) et que je à la question “êtes vous célibataire” je répond oui. Mais, ça n’a absolument aucune importance. Comme d’habitude …

Standard