Uncategorized

One Eternity later

Il y a une semaine, j’ai pris le train.
Que dis-je, une semaine… Bientôt dix jours !
Enfin bref, je suis allé à Rennes, pour l’anniversaire d’un copain. Je comptais voir celle que certains appelle “ma meilleure amie”. Je déteste cette appelation, parce qu’elle est totalement ridicule et qu’après tout, ça ne qualifie que très mal les relations que j’ai avec elle. Très très mal même. Mais ce n’est pas le débat.
Je comptais lui parler surtout. Parce qu’habiter à 350 km, ça n’aide pas dans la communication, et se parler de vive voix, c’est toujours un peu mieux.
Mais nous ne nous sommes pas vu. Si, nous nous sommes “vu”, c’est bien tout. Nous étions à une fête, chez un ami commun, chez qui je n’étais jamais allé bien que l’ayant bien connu, chez qui, entre autre, je ne me sentais pas chez moi. Autant, chez certaine personnes on se sent chez soi, autant là, pas du tout. Ce n’est pas de sa faute et d’ailleurs, loin de moi l’idée de lui en vouloir.
Et vu qu’on a pas réussi à engager une conversation interresante parce qu’on l’avait trop attendue cette conversation, et qu’on en attendait trop surement, donc, elle a pris son téléphone et elle a appelé son copain.
Avec mon accord.
Il faut pas m’en vouloir. Je suis jaloux et compréhensif. Ce qui, la plupart du temps ne fait pas bon ménage à l’intérieur d’une même personne. Mais bon je survis. Survivre est exactement le mot qui convient à mon état. Ou du moins à celui qui était le mien ce soir-là

Après une semaine, je crois que j’ai le recul nécesaire. Le lendemain, j’avais écrit un truc. Un long truc. Un très long truc même. Mais mon ordi a, une fois n’est pas coutume, décidé de se planter avant que je n’ai eu le temps d’enregistrer. Et donc j’ai tout perdu. Et ma flemme a refusé de me laisser en refaire un dans la semaine. Donc il n’y a que celui-ci, court, et détaché.

J’attend le Bac. Ou plutôt le bac m’attend. Au tournant. En attendant, j’attend les résultats pour les admissions en classe prépa. Oui, moi aussi je veux devenir une 3133t de ce monde ! Enfin, je ne sais pas trop en fait, mais dans le doute, je fais ce qu’il semble être le mieux. En plus, ça va me permettre d’une fois de plus, me déresponsabilisé quant au choix d’un futur métier, en me donnant (j’espère) deux ans pour réfléchir un peu encore…
Mais bon, “passe ton bac d’abord, petit Zam²” ! Oui, quand je vois la façon dont j’ai réussi à me planté monumentalement en beauté l’année dernière au bac de Français, je crains un peu…
Il n’y a d’ailleurs rien de plus stressant que les gens qui vous disent que vous allez l’avoir. Ceux qui vous disent des méchancetés ou vous lancent des petites phrases perfides (mmmm grand-mère…) vous stressent aussi, pas d’inquiétude, je suis normal. Donc il est probable que je vais instaurer un filtrage familial des appels, à compter du 6 juin, jusqu’au 4 juillet, jour de proclamation des résultats…
Et puis si je l’ai, je pars aux States. Pourquoi faire ? Parce que partir aux Etats-Unis est une fin en soi je crois non ?

Standard