Uncategorized

Tais-toi, pitié…

Voilà, cette chose qui pourri la vie à un grand nombre de lycéens et que l’on nomme officiellemnt le baccalauréat est terminé. C’est une bonne chose, j’ai comme ça la vague impression d’être en vacances. Je pense que je m’en rendrais pleinement compte dans deux ou trois mois, quand il faudra rentrer de nouveau.
Tout le monde me demande si j’ai réussi… Que voulez vous répondre à cette question ? Oui, et alors, la conversation se poursuit donc par “t’as réussi les maths” (j’y reviens plus bas, si j’y pense, d’ailleurs l’autre jour, je devais penser à quelquechose, “on” m’a assuré que je m’en souviendrais, mais il se trouve que non…) et si vous répondez non, vous avez le droit à “tu vas l’avoir quand même ?”. N’essayons même pas le “je ne sais pas”, on vous harcèlerait jusqu’à ce que vous ayez donné l’une des deux réponses précédentes…
Il n’y a que deux alternatives, moches toutes les deux, j’appelle ça le dilemne de la cuillère : la scène est à table, je porte ma cuillère à ma bouche, je commence à manger ce que j’ai attrapé. Jusque là, rien que de très banal. Mais le moment où ça se corse, c’est quand ma mère, on ne sait pourquoi, décide de me servir… Il y a alors deux alternatives : ou je dis merci et on m’accuse d’avoir parlé la bouche pleine, ou je ferme ma bouche et on me dit que je pourrais dire merci.
Ca ne m’est jamais arrivé, c’est juste un cas d’école !
En attendant, maintenant que je suis en vacances, je ne vois pas les membres de ma communauté familiale et donc pas beaucoup de questions, je m’en porte pas plus mal ! Si même ils pouvaient tous se taire à jamais, ce serait parfait, cela éviterait pas mal de conflits basés sur des malentendus stupides. Si aussi les gens qui rentrent du travail énervés le soir pouvaient avoir conscience qu’ils sont agaçants et que tout le poids du monde ne repose pas sur leurs épaules, on s’en porterait pas plus mal, dans la vie de tous les jours.
Mais uniquement dans la vie de tous les jours, celle du “quotidien”.

Parce que dès qu’il s’agit d’une discussion plus poussée (avec des gens qui ont conscience qu’ils rentrent énervés de préférence, que dis-je, absolument et exclusivement avec ces gens-là !), une discussion qui peut déboucher sur quelquechose, qui a une fin, alors dans ce cas, il est beaucoup plus amusant qu’il y ait des “méchants” dans le groupe, juste pour donner du ressort à la discussion et ne pas laisser la liberté d’expression tomber dans des lieux communs qui ne mènent nulle part.
Parce que les lieux communs, on s’en contente… C’est d’ailleurs ce qui a été le cas dans ce que j’appelle “l’affaire du bac de maths”… J’aurais aimé que tous ces abrutis cessent de se morfondre sur leur sort et surtout, comble de l’horreur, arrêtent d’essayer de m’intégrer à leur séance de morfondage de groupe. Encore, ils se seraient morfondus de façon constructives, élaborant de nouveaux arguments de mauvaise foi (auxquel ils croient, eux) contre l’Education (ex)Nationale chaque jours, j’aurais, à la rigueur pu participer à ce morfondage de groupe. Mais non, le morfondage se résumait à “oui, mais même si ils rajoutent des points, quand t’as iren fait, t’as rien fait”… Oh mes pauvres chéris !
De toute façon, il faut que 95% de la population terminalienne ait le bac. Vous imaginez dans le cas où y aurait 50 % de redoublants ? Combien faudrait-il de classes ??? Et très prétencieusement, j’estime qu’il y a 5% de gens, au moins, plus nuls que moi (c’est vrai que c’est extrêmement prétentieux ça…) donc je ne me fait que très peu de doute sur l’issue finale de cette aventure…

Tout ça pour dire que j’aime bien m’engueuler avec les gens quand il s’agit d’une discussion à enjeu (même si l’enjeu n’a aucun intérêt), qui plus est sur Internet sur les moultes forums foulés par mes petits doigts pas boudinés. Parce que de toute façon, si je (ou d’autres adeptes de ce sport qu’est jouer le méchant) ne joue pas le méchant, les autres tombent très vite d’accord (surtout si l’enjeu n’a pas d’intérêt !) et l’activité du forum en question chute vertigineusement (pour ne pas dire de façon exponentielle, ce qui pourrait choquer ceux qui ont loupé leur bac de maths). On peut même céder au morfandage primaire sur les forums, mais ça ne mène pas grand-part non plus.
Par contre, dans la vie de tous les jours, soyez compréhensifs, et surtout, taisez vous, pitié, c’est fatigant…

Standard