Uncategorized

Un après-midi à Paris…

Ma grand-mère est allée au toilettes à l’Intercontinental.
Je sais que vous vous en fouttez, mais j’avais envie de le marquer, parce que je trouve ça plutôt marrant.
Parmis ceux qui s’en fouttent pas, il y a surement une partie qui ne sait pas ce qu’est l’Intercontinental. Donc j’explique, parce que je suis frais et bienfaisant pour mes lecteurs (lecteurs qui attendent avec impatience, et qui souffrent d’impatience même, après les deux posts précédents qui semblaient combler parfaitement leurs instincts voyeuristes…).
Bon alors l’Intercontinental, c’est un Très Grand Hôtel, de quatre étoiles luxe, dans la rue perpendiculaire à la rue de Rivoli (la rue qui longe le Louvre pour faire simple) qui mène place Vendôme (bon, là tout le monde connaît… non ? y en a au fond qui connaissent pas… Euh vous connaissez Boucheron ? Non, pas bucheron, Boucheron, le joailler ! Bon euh, Van Cleef and Arpels ? non plus ? euh… et Chanel, ça tout le monde connait Chanel ? Oui, eh bah voilà, y a tout ce beau monde place Vendôme, des diamants gros comme l’ongle de mon pouce, non, plutôt le pouce de mon pied, derrière de jolies vitrines en quadruple vitrage, derrière des portes gardées par deux vigiles au minimum, ça vous donne quand même envie d’être riche)
Pour en revenir à l’Intercontinental, c’est un des plus beaux hôtels de Paris, à l’intérieur, il y a une magnifique petite cour où vous pouvez manger de la crême brulée à 9 euros (c’est donné, pour une jolie petite cour en plein coeur de Paris, et, j’ai oublié de le préciser : totalement silencieuse (ouais parce que les riches Libanais et Américains, ils ne parlent pas forts)).
Donc voilà, nous sommes rentré, nous nous sommes assis à côté de la réception, moi j’ai fait un petit tour, ma grand-mère est allée aux toilettes, puis nous sommes repartis.
C’était le conseil du jour, si vous vous promenez dans les Tuileries, et que vous avez une envie pressante, allez à l’Intercontinental !

Standard