Uncategorized

Désintégration 1

Il y a une semaine, vous m’auriez demandé : “tu es amoureux ? “, j’aurais répondu de manière évasive, je n’aurais pas dis “oui”, je trouve finalement un peu ridicule d’être amoureux. Je n’aurais pas dis “non” non plus, histoire de ne pas totalement camoufler la réalité.
Parce que quoique je puisse en dire, je suis toujours plus ou moins amoureux de l’une ou de l’autre.

Aujourd’hui, si vous m’aviez posé la question : “tu es amoureux ?”, j’aurais répondu très franchement. Je n’aurais même pas voulu camoufler une réalité. J’aurais dis de mon ton le plus convaincu : “Je ne sais pas”.

Normalement, on devrait pas se poser ce genre de question.
Moi si

Standard

6 thoughts on “Désintégration 1

  1. Ophiccius says:

    Je ne pense pas qu’ "on ne devrait pas se poser ce genre de question". Parfois, c’est même normal de se la poser… Parfois, la question vous hante même, et il est presque impossible d’y répondre. Ou alors on ne veut pas répondre. Parce que cela signifierait tellement de choses… Parce que l’on a peur de la réponse…
    Dis moi qui tu aimes, je te dirais qui tu es.

Comments are closed.