Uncategorized

Ascension

Allongé sur un tapis épais d’herbe, les yeux cachés derrière mes lunettes noires à regarder un ciel bleu, clairsemé de nuages blancs et cotonneux.

Une voiture rouge passe à quelques dizaines de mètres, le bruit du goudron noir et fondu collant à ses roues.

Je me demande à quoi je pourrais penser, qu’il vaudrait mieux que je pense à quelquechose plutôt que de penser à penser à quelquechose. “Tu ne parles plus à personne” dis une voix dans ma tête, “tu ne dis plus rien à personne, personne ne sait plus rien de toi, tu te mets à écrire pour ne rien dire et à parler pour meubler, à penser pour t’occuper et à rire sans raison. Pire ils croient que tu es fou.” “Pire ?” je réponds en souriant.

Ce n’est pas si faux mais quelle importance. Je me laisse voguer sur la mer agitée, attendant que mon radeau de fortune ne se brise sur un récif ou que des bras divins ne m’arrachent de mon périple infini.

Je suis trop fainéant pour me construire des rames, encore plus pour ramer ensuite.

Je préfère rester là, Quelquepart Entre Ici et l’Au-Delà

Standard