Uncategorized

Publicité

Vous vous sentez, las, triste, malheureux et déprimé ? Découvrez les pilules Dream’s Fay. Une saveur entièrement inédite et différente. Sortez de votre cercle vicieux, essayez Dream’s Fay ! Votre vie reprendra toute sa saveur d’antant. Sans danger si l’on se conforme au mode d’emploi.

Sur ce, je vous laisse, je pars en vacances jusqu’au 10 août.
Peut-être aurez-vous des textes de ma colocataire virtuelle, qui sait ?

Standard
Uncategorized

Yellow Eyes

Chlothilde souriante, face à moi, assise à boire un café dont l’odeur remonte jusqu’à mes narines, j’ai un jus d’orange dans mon verre, mais je n’y touche pas, je n’aime pas le jus d’orange. Je ne sais pas exactement pourquoi j’ai demandé ça, ça n’a de toute façon absolument aucune sorte d’intérêt.

Clothilde, écartant une mèche rebelle de son front pour la placer l’endroit qu’elle n’aurait jamais du quitter, l’arrière de l’oreille gauche. Les boucles noires tombent en cascade le long de ses joues, de son cou pour rejoindre les épaules. Elle n’a pas de chaussures rouges, ni de béret bleu clair, mais qu’importe, dans mon coeur elle les porte.

Clothilde, souriante donc, qui me regarde avec ses yeux brillants et malicieux.

Elle pourrait fort bien m’en vouloir. Mais je suis persuadé que non. Elle n’en veut à personne, jamais, ou alors très peu de temps. Elle est plutôt du genre à laisser passer. Peut-être qu’elle garde tout ça dans une malle cachée au fond de son jardin, dans une remise à la porte solide dont elle a avalé la clé. Quelle différence entre ça et l’oubli ?

Moi, les yeux jaunes, encore endormi de n’avoir que très peu dormi. J’aimerais lui en vouloir, mais je l’aime trop pour ça.
Il ne faut pas qu’elle ouvre la bouche sinon pour boire son café. Aucune réponse ne me satisfera car je sais que celle dont j’ai envie ne viendra pas. Mais je ne me fais pas d’illusion, elle parlera, et plus elle parlera et moins je lui en voudrais. Et moins je la détesterais.

Pourquoi tu ne me détestes pas ?

J+484

Standard
Uncategorized

Limite

Savoir que l’on va partir en vacances à l’avance, en l’occurence le 27 juin prochain (et donc vous n’aurez pas de nouvelles de moi jusqu’au 10 août prochain), me pose un énorme problème : j’ai l’impression que je n’ai le temps de ne rien faire, de rien commencer.

Et c’est ainsi que j’adopte un comportement larvatique et franchement désagréable pour moi. Je ne sais pas quoi faire mais je n’ai le courage de rien faire. Ca me file mal à la tête et je finis par passer ma journée à attendre qu’une personne se connecte sur MSN pour lui parler de tout et surtout de rien.

Je déteste ça… Heureusement que y a des gens pour me faire sortir.

(du Portishead dans la playlist. Bah non, XP déconne alors ce sera pour un autre jour. Eh non pour maintenant, j’ai réussi à le niquer à son propre jeu cet abruti de tas de silicium)

Standard