Uncategorized

Aujourd’hui =?= Demain

J’étais tranquillement assis sur ma banquête latérale dans une rame de la Ligne 1, juste à l’endroit où deux wagons successifs se séparent et je me suis dit que l’on était déjà dans le futur.

Depuis toujours mes lectures sont essentiellement science-fictiques, les environements imaginaires qui y sont dépeints sont d’acier froid, de verre transparent, de plastique polymorphique, de formes épurées, d’angles saillants et de courbes harmonieuses.
Puis j’ai regardé vers le fond du wagon, à l’infini, avec à la périphérie de mon champs de vision tous ces sièges designés par on ne sait quel créateur, ces baies vitrées qui descendent quasiment jusqu’au sol, courbées parfaitement selon un impératif technique quelconque qui m’échappe (probablement dans le but de ne pas toucher une rame venant en sens inverse), puis ces “passages” entre wagons, ces articulations en acier recouvertes de peinture bleutée ressemblant, pour qui a un peu d’imagination, à un hypothétique module de connexion de la Station Spatiale Internationale.

Alors je me suis dit : ce futur que je lis depuis tout petit il est là.

Cette pensée s’est renforcée quand il a fallu que j’attrappe un métro de la Ligne 13, désigné comme un vague objet des années 80, mal veilli, mais qui, il y a 20 ans, devait paraître aussi futuriste que les wagons que je venais de quitter.

En somme, je ne suis pas “surpris” du monde tel qu’il est. Et si j’avais vécu dans les années 80, j’aurais, en lisant, pu imaginer comment serait l’an 2000 (modulo quelques voitures volantes en moins), maintenant, je me demande ce que sera 2020 : je doute que je vois jamais une cité ressemblant à celle du Cinquième Elément. Mais dans les livres, je ne vois rien qui pourrait m’aider : On écoute déjà de la musique avec son iPod, on est déjà connecté en permanence avec le wifi et les pda etc…

Ca ne va pas plaire au Léviathon mais peut-être que l’avenir n’est pas qualitatif mais quantitatif : les zones de futur vont s’étendre, encore et toujours, envahir les campagnes. Mais finalement au restera au même niveau de futur pendant encore quelques temps…
Ou alors je me trompe complètement et dans 20 ans on aura l’air aussi ringard que les gens des années 70 (regardez cette émission le samedi sur Canal + “Demain le Monde” qui est arrivé sur mon écran à point au milieu de mes réflexions métaphysiques approximatives)

Sur ce, et plus prosaïquement, vaisselle et cinéma.

Standard

2 thoughts on “Aujourd’hui =?= Demain

  1. Léviathon says:

    Réfutation d’une idée de ZamZam : les zones artificielles bâti vont s’étendre. Reprennons d’abord quelques chiffres au niveau français(parce que malgré mes airs humnanophobe et pour une raison qui m’échappe, j’aime instruire mes lecteurs): sur 550000km², 9% sont artificiels (enfin, les champs ne sont pas comptés comme artificiels) et l’augmentation est de 1,68% par an. Ce qui fait que dans 150 ans, toute la france sera une ville géante avec vos raisonnement par prolongation tendantielles(et les français n’ont plus un mètre carré pour faire pousser du blé). Or moi je vous le dit, une crise énergétique va casser les absurdes tendances qui ne peuvent pas continuer indéfiniment.

    Je vous vous exmpliquer d’autres faits au niveau mondial : Jeuf avait inventé un jour le système d’équation de Jef-Kaya pour montrer l’impasse agricole dans laquelle vous êtes lancé, les humains. Voici les deux équations: 1) quantité de nourriture à produire (pour le monde) = quantité mangée par habitant * population mondiale

    La quantité mangée par habitant augmente avec le nombre d’obèses et de viandes mangées. Les deux termes augmentent en ce moment

    2)Quantité de nourriture produite dans le monde = Quantité produite par surface cultivée * surface cultivée/surface sultivable * surface cultivable

    Comme 1) doit être en phase avec 2) si on ne veut pas de famines massive et donc diminution du terme 1), 2) a beaucoup augmenté ces dernières décennies. Mais ça ne sera pas éternel : les surface cultivable diminuent avec l’épuisement, l’érosion des sol. L’usage des surfaces cultivables se fait par la destruction des forêt. Quand il s’agit d’une foret tropicale, le sol fragile est lessivé en 5 ans et il faut recommencer plus loin. Mais le plus beau, c’est que la quantité de nourriture produite a augmenté grace aux engrais, donc au pétrole : comme le déclin de l’extraction de celui-ci est inéluctable (et Jeuf m’a dit qu’il va écrire un article pour démontrer que c’est vraiment irremplçable, vous verrez), vou verrez la productivité à lhectare diminuer bientôt. à cela, il ne faut pas oublier de rajouter que plus d’humain, c’est plus de maison à construire, plus d’usine pour les fournir quelques objets, etc…et cela se fait sur des terres cultivables. Plus d’humains, c’est aussi plus de pollution locale, et il est reconnu que la pollution locale fait diminuer la production agricole(ozone, NOx). Feu d’artifice final, le changement de climat rendra des terres inadapté à un nouveau climat, d’où là aussi baisse de la production de nourriture à long terme.

    Ô désillusions les scientistes auront!

Comments are closed.