Uncategorized

Book-Links

Comme j’ai franchement la flemme de rajouter des titres dans le radio-blog (alors que j’aimerais y mettre, entre autre Close To Me (the Cure), Porcelain (Moby), Pure Shores (All Saints), Tom’s Diner (Suzanne Vega), Au conditionnel (Matmatah) et Where Do I Begin (Chemical Brothers), mais que vous pouvez écouter sur le site de Radio-Blog en cherchant un peu) je rajoute des liens dans ma blogroll (je trouve ce mot horrible, linklist ça ferait plus joli non ?) et je vous en donne quelques autres comme ça, juste parce que vous êtes sympas.

Dans le désordre :

  • Vavatch Orbital : c’est en anglais, plutôt marrant. Comme vous pourrez le lire sur ce site, si vous fouinez un peu of course, Vavatch est le nom d’une Orbitale, artefact gigantesque que les humains de la Culture ont l’habitude de construire dans les bouquins de Iain M. Banks. Vavatch apparaît dans ”Consider Phlebas” (”Une forme de guerre” en français) qui est également le bouquin que je viens de terminer.
  • Massive : le blog du précédent auteur.
  • Des liens vers les sites de trois de mes auteurs de SF favoris Christopher Priest, Robert Silverberg et Dan Simmons qui contient notament une preview de Olympos, la suite de Illium que j’avais humblement critiqué sur ces pages il me semble.
  • Comme moi, ayez six mois d’avance sur Canal + et deux fois plus sur M6 qui ont toutes les deux acheté la première saison de Desperate Housewives, comédie légère et amusante où l’on suis 4 femmes d’une banlieue américaine typique et caricaturale dans leurs déboires rigolos (en plus la moitié d’entre elles sont jolies).
  • Ramdom House lance encore un pseudo-ARG sur le bouquin The Rule Of Four tout juste sorti en français (à lire si vous n’avez rien de mieux à lire, dans la même veine que le Da Vinci Code en moins spectaculaire avec une description enchanteresse de la vie à Princeton) tout comme ils avaient fait à l’occasion du lancement du DVC.

Il me semble que c’est tout pour aujourd’hui. Et si vous vous ennuyez encore, vous pouvez aller contempler des photos de mars tout juste prises par Mars Express

Standard
Uncategorized

Agaçant

Depuis près de 20 minutes mon téléphone portable fait vibrer les ondes électro-magnétiques dans mes enceintes, ce qui provoque chez moi non seulement des instants furtifs de surprises mais également une attention soutenue à une vibration dudit engin signalant un message ou un appel d’une entité extérieure. Or, il ne vibre pas, ce qui crée chez moi un sentiment de frustration assez élevé.

Je n’ai pas d’amis, pas la peine de me le rappeler. Merci

Standard
Uncategorized

Petals Around The Rose

La lecture d’un article sur le jeu Petals Around The Rose m’a donné une soudaine envie créatrice.
Tant et si bien que, vous pouvez maintenant vous aussi y jouer.
Si jamais vous trouviez la réponse, respectez le jeu, et ne donnez JAMAIS la réponse à quiconque (pas même à moi, ce qui serait d’ailleurs ridicule de douter du fait que je la connais, puisque c’est moi qui est codé le script !), je compte sur vous.

edit : Si comme Paxatagore vous n’êtes pas autiste et que vous n’avez rien compris aux instructions cryptiques figurant sur le jeu lui-même, sachez que tout ce qu’il y a à faire, c’est de donner 6 fois de suite la bonne réponse, sans regarder. Avant de tentr les “6 à la suite”, vous pouvez évidemment lancer autant de fois que vous le souhaitez les dés et regarder autant de fois que vous voulez le résultat (c’est d’ailleurs le seul moyen de progresser…)

Standard
Uncategorized

Dream

Un amphi. Sur chaque gradin, deux tables séparées par un escalier central. Le bord de la table près de laquelle je me trouve est graduée, de 1 à 10, une extrémité comporte une face souriante, l’autre une face grimaçante stylisée.

Je jette un coup d’oeil vers la table de l’examinateur qui m’accorde, d’un signe de tête, le droit de rester pour observer la suite de l’épreuve.

Ils sont quatre ou cinq, peut-être plus autour de la table. J’ignore ce qu’il y a dessus, mais ce sont surement des objets indispensables en pharmacie. Une odeur d’éther se répand. Je ne me sens pas très bien, je vacille, je m’asseois sur la marche qui sépare ce gradin du gradin inférieur.

Elle vient me voir et me dit qu’il ne faut pas que je m’inquiète, que je n’ai pas de souci à me faire. Elle attrape une mèche de ses longs cheveux noirs et me chatouille dans le cou. Je lui souris.

L’examinateur annonce la fin de l’épreuve. On se retrouve à l’extérieur. Elle, adossée contre un mur, attend que je vienne lui parler.

Elle me dit qu’elle ne comprend plus son copain. Qu’il rentre toujours quand elle sort. Qu’elle n’arrive pas à saisir ce qu’il veut, ni pourquoi quand il lui arrive de le saisir. Elle me dit que j’aurais pu faire l’affaire mais qu’elle m’aurait encore surement moins bien comprise, que je n’aurais pas non plus été assez. Assez ? Elle ajoute que je finirais bien pas trouver.

L’épreuve reprend sur les tables gradué. L’examinateur à lunette vient me voir et me dit que je manque de confiance en moi. Qu’avec de l’assurance on passe pour beaucoup plus beau que l’on est en réalité. Je ne sais pas si elle a entendu mais elle se retourne, me regarde et approuve d’un signe de tête.

Le bruit de la théière, de l’eau qui bout, de la vapeur qui siffle en sortant du bec. Je viens de me réveiller, ça n’était qu’un rêve.

Standard