Uncategorized

Casualties

Ce matin même, alors que je me rendais tranquillement par le RER aux épreuves de Math II et de SI que j’allait rater (mais ça à ce moment-là, je ne le savais pas encore), j’ai continué la lecture de mon livre du moment qui, notons-le, ne va pas durer longtemps puisque je l’ai commencé vendredi et qu’il est déjà entamé de plus de deux tiers.

Ce livre m’a été conseillé par Jeuf, fan d’Asimov entre tous, et non, ce n’est pas de la science-fiction comme on pourrait le croire à première vue quand on connaît un minimum mes goûts et Asimov, non, il s’agit de petites nouvelles policières, ou plutôt de petites nouvelles à énigmes. Ca s’appelle Les Veufs Noirs. C’est une association de gens forts honnêtes qui se rassemblent pour discuter de choses et d’autres loin de leur femme et qui se nomment “Docteur” parce que c’est dans les statuts. Le but de l’association n’est pas forcément les énigmes, juste l’occasion de passer un bon moment avec des amis et un éventuel invité choisit par l’hôte de la soirée. Mais dans les faits, et parce que, tout de même, il faut bien donner un intérêt au livre, ils résolvent des énigmes ou plutôt, comme tout bon lecteur d’Agatha Christie devrait savoir que “c’est le majordome qui a fait le coup”, c’est Henry, l’honnête homme qui démêle l’écheveau et explique la situation.

Sauf que voilà, ce matin l’explication habituellement claire de Henry ne l’était pas.
Je résume l’histoire :
Il s’agit de déterminer, à partir d’une lettre de menaces sommaire, quelle Miss, parmi les soixantes participantes au concours de Miss Monde, va être attaquée. La lettre est écrite dans un style biblique et les mots qui y sont (il y en a 6 en tout), l’un d’entre eux les mène sur la bonne piste, à savoir celle d’un monstre marin.
C’est alors qu’Henry s’écrit : “Mais alors, si c’est un montre marin, il s’agit forcément de Miss Pays de Galles ! ” (enfin Henry ne s’écrit pas, il dit ça posément).
La nouvelle se termine, je lis le commentaire (Asimov a écrit un commentaire d’une demi-page après chaque nouvelle pour expliquer comment il a eu l’idée ou pour donner le titre que la revue dans laquelle elles étaient parues lui avait attribué (essentiellement pour dire que ses titres à lui sont bien mieux !)) puis je me dis… hmmm… j’ai du manquer quelquechose… l’explication est bien moins rationnelle que d’habitude.

Je pense d’abord au monstre du Loch Ness qui n’est pas loin du Pays de Galles, mais il est en Ecosse et Miss Ecosse est nommée dans la nouvelle et il est bien précisé qu’il ne s’agit pas d’elle mais bien de Miss Pays de Galles.
Je tourne la page et commence à entamer la nouvelle suivante. Puis je me dis que non, bon sang, il faut que je comprenne cette nouvelle ! Asimov ne l’aurait pas ajoutée à son recueil si elle n’était pas bien !
Alors j’ai repris la partie qui, je le sentais, était l’explication de Henry, à savoir la phrase que j’ai cité ci-dessus.

Mon esprit a un peu divagué. Puis je me suis dit que peut-être en pensant en anglais je trouverais quelquechose… “monstre marin” ça nous donne “sea monster”… hmmm… rien de bien folichon… “simon ster” ? non rien à voir avec le Pays de Galles… Et “Pays de Galles” alors ? Eh ! Oui ! C’est bien sûr ! Henry, vous êtes un génie.

Standard

8 thoughts on “Casualties

  1. Jef says:

    Moi non plus j’ai pas compris. Je suis pas sur d’avoir compris a nouvelle que je l’ai lu, je me souviens, dans un train aussi, un lundi matin. Précison que je suis pas fan d’asimov, j’aime bien ses petites nouvelles c’est tout, je n’ai pas le courage ni l’envie de lire ses autres grosses séries robots-fondations….

Comments are closed.