Uncategorized

Partition

Je me suis rendu compte hier vendredi, à midi, après avoir réussi en beauté l’épreuve de Math I qui n’était elle, pas vraiment de toute beauté, alors que j’étais lamentablement allongé de tout mon long sous un arbre sur une pelouse du Parc Floral de Paris (Métro Chateau de Vincennes, ligne 1, sortez en tête de train tout droit, montez l’escalier, à droite remontez l’avenue, entrez dans le Parc Floral, suivez l’allée), je me suis rendu compte, donc, que même à mon niveau, qui est sensiblement le même que celui de mes camarades de classe, ils étaient encore nombreux les gens à ne pas comprendre ce qu’ils faisaient en maths.

Je veux dire, ils sont capables de faire les mêmes choses que moi ces gens là, des fois même ils réussissent mieux que moi, mais ils sont incapables de matériellement vous dire ce qu’ils sont bien en train de faire. Surtout quand la question en question est un truc largement matériel.

En l’occurence il s’agissait, dans la première question, de calculer ceci :

sur le domaine en vert suivant :

Alors évidemment, ça paraît extrêmement barbare comme ça, et on pourrait se lancer bêtement dans un calcul d’intégrale pas super simple avec des primitives et des relations de Chasles dans tous les sens. Mais ce ne serait alors pas accorder beaucoup de sens à ce que l’on est en train de faire et le problème, c’est que bien souvent, on vous demande de faire ça de cette façon et donc nous, pauvres élèves que nous sommes, nous nous disons que franchement, les maths c’est chiant on y comprend rien.

On peut aussi faire ça beaucoup plus intelligemment.
Imaginez que vous vous retrouviez devant une partition de musique. Vous pouvez choisir de tenter de dire le nom des notes et de les répéter mécaniquement sur le clavier de votre piano sans pour autant vous soucier de ce que vous jouez. Ou alors vous pouvez regarder le titre du morceau et faire un petit tour à la Fnac, écouter à quoi ressemble le morceau en question puis, de retour chez vous, à l’aide de la partition, le jouer correctement en maniant les symboles sur la portée dans le but de faire de la musique que quelqu’un pourra écouter.

Ce billet non terminé n’aura peut-être pas de suite.

Standard