Uncategorized

Bourse Scolaire

Chaque élève d’une classe, ou de plusieurs, à la condition qu’il soit avéré que les profs différents des deux ou plusieurs classes notent d’une manière sensiblement équivalente (ce qui n’est pas souvent le cas et qui explique que se mesurer à quelqu’un dans une autre classe ne veut pas dire grand-chose), chaque élève donc, part avec un capital de 100 Unités de Personne, parfois appelées UP mais par toujours, vu que certains préfèrent appeler ça une Action (là on abrévie pas, ou alors seulement quand c’est précédé d’un nombre).

Chaque élève possède en outre un Capital de Point, qui augmente à chaque fois qu’un prof rend une note. La note rendue s’ajoute au total jusqu’ici accumulé, éventuellement avec un coefficient pour que ça soit vachement plus compliqué, et que le fait que l’élève soit nul en SI (ou en Sport pour nos amis pré-baccalauréat général) ne le défavorise pas beaucoup s’il déchire tout le monde dans les matières littéraires (ou en Art Plastique si c’est votre option favorite).

Jusqu’ici rien de passionant, vu qu’en plus on est obligé de travailler comme si on ne jouait pas pour avoir des tas de points. Sauf qu’on a toujours pas parlé des UP ou Actions et qu’évidemment, elles servent. Comment ? Très simplement.

Chaque élève peut en effet décider de vendre ses Actions. Il y est même encouragé parce que de toute façon, si il les garde pour lui, non seulement il ne gagne pas d’argent.

Comment on gagne des points par contre ? Simplement : Quelqu’un qui a beaucoup de points a une action qui rapporte beaucoup (en l’occurence un nombre de points égal à la moyenne totale de cette personne) donc si on achète (à l’aide de ses propres points) une Action à quelqu’un d’autre, celle-ci va rapporter des points à celui qui la possède. Il est donc toujours plus avantageux d’acheter des actions de ceux que l’on pense qu’ils sont bons (en fait surtout de ceux qui le sont effectivement) parce qu’elles rapportent plus chaque semaine.

Comment on vend ? Facilement : on met ses propres actions aux enchères en proposant un minimum et une date limitée, si quelqu’un se porte acquéreur, on lui vend, si y en a plusieurs, on vend au plus offrant, si y a personne, bah, on attend la date limite et l’offre disparaît du marché. C’est surement que l’action était trop chère et qu’il faut la baisser. Si on a vendu, on récupère les points de la vente qui s’ajoute à notre Capital.

Ca, c’est le truc de base, la jungle en quelque sorte. C’est le système le plus simple, sans fioriture et forcément, si on laisse faire, il ne va se passer que des trucs pas cool : les nuls resteront nuls et les riches seront de plus en plus riches. Il peut donc être interressant de “taxer” ceux qui gardent leurs actions pour eux-même, on ajoute donc :

Loi n°1 : Quiconque garde plus de 50% de ses propres actions perd autant que les Actions surnuméraires auraient rapportées dans les mains d’autrui.

Ensuite on peut se dire qu’il est plus interressant si les actions sont bien réparties. Que chacun puisse en avoir la même proportion (le but étant que les richesses produites, y compris par les moins bons, soient distribuées à tout le monde). On pourrait se la jouer communiste et distribuer à tout le monde, mais on va juste rester un peu libéral quand même et dire :

Loi n°2 : Personne ne peut posséder plus de 4 fois en nombre d’action d’un élève donné ce que représente en proportion un élève dans l’effectif total.

Je pense aussi qu’il peut être interressant qu’un maximum de personnes puissent participer aux enchères afin de donner aux actions un “prix du marché” qui correspond à une valeur qui a un sens, loin des arrangements frauduleux et des petits arrangements qui n’avantagent personne. D’où :

Loi n°3 : La durée minimum d’une mise-aux-enchères est fixée à 2 jours à compter de la mise-en-vente et/ou de la dernière surenchère, y compris au-delà de la date d’expiration choisie.

Une chose relativement interressante à intégrer est le principe des avantages comparatifs : il vaut mieux se consacrer à ce que l’on sait faire de mieux et qui rapporte le plus plutôt qu’à plusieurs dont le rapport est plus étalé. Il peut donc être interressant de pouvoir modifier ses propres coefficients (avec une durée minimum ou un prix pour pouvoir changer) afin de gagner soi-même plus de Points, mais d’en faire encore plus profiter ses actionnaires, de faire monter le cours de vos Actions etc… Et ainsi :

Loi n°4 : Tout élève a le droit de changer les coefficients de chacune de ses matières au prix de 5% de son Capital (arrondi à l’entier supérieur) dans la limite d’affecter au moins 1 à chaque matière et que la somme des coefficients modifiés sot égale à la somme des coefficients naturels.

Il me semble que l’on a fait le tour des perversités de la jungle pour les corriger par des lois. Evidemment on peut jouer avec seulement les règles de bases, les lois étant là simplement pour apporter un certains équilibre. Toute suggestion est bienvenue.

Standard