Uncategorized

Saison 5 – Episode 2

Où l’auteur compense 9 jours d’abstinence bloguistique par des publications frénétiques autant qu’inutiles qui ramènent à la vie la catégorie télévisuelle auparavant surexploitée introduites de façon fort Paxatagoricienne (pour ne pas dire Verno-Voltairienne).

Gare aux habituels spoilers. (enfin je sais pas ce que je pourrais bien révéler qui soit compromettant ou spoilerisant)

“Quatre mois plus tard”, frère aliassien du “72 hours earlier” fait son apparition dans la continuité totale de l’épisode précédent.

On découvre donc une agent secrète au physique pas forcément hyper hyper attrayant qui travaille dans un bar et qui a l’air un peu paumée. On a tué son amant, alors elle est pas contente du tout du tout. Mais alors vraiment pas. Pour se venger, elle porte donc une perruque rouge et décide de faire confiance à la CIA.

Toute ressemblance avec des faits ayant précédemment été énoncés serait purement fortuite (évidemment).

On découvre plus tard, un méchant charismatique à lunette. Il est blond et il est pas gentil avec Sydney. En plus il fait de l’humour. Alors on lui donne un liquide traceur qu’il ingurgite et ensuite pregnant-Syd l’envoie valser dans le Grand Canal (d’Amsterdam, plus de budget pour Venise cette saison). C’est là que l’on observe une variation subtile avec les saisons précédentes : le méchant blond à lunette mystérieux ne transfuse pas l’entièreté de son sang, il se contente de prendre l’avion. Quel abruti. Heureusement qu’il meurt, il était vraiment trop bête.

Furtivement, on peut admirer deux magnifiques airbag sans qu’il y ait besoin de montrer une quelconque voiture. C’est la coupure “sécurité routière” obligatoire.

Il y a un nouveau Vaughn qu’il est mal rasé.

Il y a Rachel Nichols… ah oui, mais ça j’en ai déjà parlé…

Bon, il y a bien cette magnifique scène de B2 s’accrochant sous un avion de ligne et la bombe sans détonateur mais quand même une sorte de bombe dans son genre.

Alors évidemment, de tout ça on pourrait conclure que l’épisode n’est pas terrible. Mais non, il est bien, pas prétencieux et on a un cliff, une continuité et tout et tout. Alors il va vite se dissoudre sous la langue mais au moins, après, on aura pas mal au ventre… ça c’est sûr…

Standard