Uncategorized

Life Is A Point&Click Adventure (Saison 2)

J’imagine parfaitement Brian de Palma se reveiller un matin et se dire, au saut du lit : “Et si je faisais un western ?”. Puis, au moment de passer devant la glace de sa salle-de-bain, il remarque que Brian de Palma est dans sa salle de bain, se souvenant soudainement qu’il est lui-meme et, a ce titre, bien plus a l’aise dans un univers ou les hommes portent des impermeables beiges, des costumes trois-pieces et des chapeaux. Il decide alors de se diriger vers son salon, attrape le telephone et demande a David Mamet de lire les Memoires d’Elliot Ness, qu’il le rappelle un peu plus tard dans la journee, il doit dejeuner avec un type du studio, ca le fatigue mais il est oblige d’y aller.

Mon Un de mes travers de personnalite, une certaine tendance a espionner, plus exactement a recueillir des informations sur des gens essentiellement choisi au hasard en fonction de leur puissance sociale et de leur apparence physique n’est jamais a mon avis que la conjonction de quelques autres traits de mon esprit dont une certaine fascination pour l’anodin, le commum et l’inutile ; un esprit analytique, un “reconnaisseur de schemas” et, eventuellement, un terrifiant detachement.

Placez moi au milieu d’un debat, et la seule participation que je pourrais apporter consistera a analyser le probleme et a tenter d’expliquer aux uns ce qu’est le point de vue des autres. Aucune creativite reelle dans ce talent qui disparait des qu’on l’invoque de maniere trop consciente, simplement du descriptif. Pas de solution apportee. D’ailleurs je ne sais toujours pas pour qui je vais voter le 21 avril prochain. Parce qu’evidemment ca serait apporter une solution au probleme du choix du candidat. Et dans ce cas-ci, c’est tout juste si j’entrevois une structure aux entrelacs du debat.

Parfois il n’y a juste rien a decouvrir dans la succession des faits, simplement une repetition du quotidien saupoudree de subtiles variations imperceptibles a court terme. Comme si il s’agissait pour moi de decouvrir l’essence de la vie des etres humains de cette planete. Avec la toujours presente esperance que l’on va finir par observer Al Capone par megarde, et enfin decouvrir que toutes ses activites sont cachees dans les subtiles variations quotidiennes de ses releves de compte.

On ne dira jamais assez que la vie est fade, qu’elle est bornee. Et a ce titre, compact. Et que donc toute suite admet une sous-suite convergente. On pourrait croire parfois que tous les evenements, ou plutot, certains evenements suivent un enchainement logique, plus ou moins temporellement dans dans meme direction, vers une issue qui semblait previsible depuis le depart. Les theoriciens du complot s’en delectent. Mais en fait la vraie raison est tout simplement que la vie ne permet pas reellement aux evenements de s’eloigner de trop de l’habituel, et que donc ils finissent par passer la ou on les attend, bien que pas forcement au moment ou on les attend, ni dans le bon ordre…

Ca me rappelle ce qui est probablement une legende urbaine de la litterature, une aventure a episode ou, a la fin, le heros Carambole se retrouve ligote, menotte, les jambes coulees dans du ciment, des chaines un peu partout et un bandeau sur les eux, puis est balance par-dessus bord d’un bateau et finit a 500 pieds au fond de l’ocean, le chapitre se terminant par “Comment Carambole va-t-il s’en sortir ?”
L’episode suivant repondant parfaitement a cette question des la premiere ligne “Carambole se degagea de ses liens et remonta a la surface.”

Je serais bien incapable d’ecrire un roman, ou un scenario pour un film. Parce que je ne saurais pas me regarder dans une glace en me disant qu’une histoire science-fictico-detectivo-annees-30, ca n’est pas dans mes cordes. Et pourtant William Gibson y arrive bien dans Identification des Schemas, dont une page orne mon fond d’ecran en ce moment. Je pourrais le recopier, comme cet auteur de la nouvelle de Borges qui souhaite ecrire le Don Quichotte, et qui le recopie, revendiquant des references a des ouvrages et des idees non encore developpees a l’epoque de Cervantes, et a ce titre, un bien meilleur roman que l’original. Bien que totalement identique.

Je viens de sortir de ma chambre et mon colocataire militaire est en uniforme dans la cuisine, pret a partir a son entrainement. Je pense qu’il est temps pour moi d’aller dormir…

Standard