Uncategorized

John Fitzgerald Kennedy

En anglais, “J” se prononce “jay”, “F” se prononce “effe” comme en francais et “K” se prononce “kay”. “G” quant à lui, se prononce “dgi” comme plus ou moins le “J” en francais.

Il faudrait donc que nos chers journalistes se décident enfin à parler correctement : pour parler du président américain sus-mentionné, en francais on dira “dgi-effe-ka” et en anglais “jay-effe-kay”. Mais en aucun cas “dgi-effe-kay” qui désigne un hypothétique “GFK” (probablement un package graphique de GNOME… ?).

Non, je ne suis pas snob.

Standard
Uncategorized

Remember Catherine

faire Catherine : rester plus de vingt minutes sous la douche, par ext. dans la salle de bain. Du nom de Catherine, la première éliminée de la première édition de la Star Académy. Ex : “En faisant Catherine ce matin, je me suis dis que nous étions les seuls, à l’exception de ses amis et d’elle-même, à se souvenir de Catherine et Khalifa, les premiers éliminés de la Star Ac'”

Standard
Uncategorized

I’m in the driver’s seat

Chacun a les références télévisuelles et cinématographique de son époque. Lorsque l’on est calé, on utilise toujours celles de sa propre époque mais mais on sait reconnaître celles de ses aînés.

Mon père s’est exclamé “Mais c’est une véritable J.R. cette Patty Hewes !” là où j’y avais moi-même vu Sloane.
Patty Hewes, c’est la méchante de Damages la nouvelle mini-série (13 épisodes prévus) de fin d’été de FX, la chaîne premium de la Fox. Patty Hewes est avocate d’affaire à New York, embarquée dans une affaire d’escroquerie et de délit d’initié à l’encontre d’un riche entrepreneur, un certain Frobisher. Elle engage Ellen Parson, une toute jeune avocate incarnant la naïveté et l’innocence à l’état pur.

Quand j’ai vendu Damages à mon père, je lui ai dit que Patty Hewes était Glenn Close. Glenn Close la Marquise de Merteuil des Liaisons Dangereuses (version 1988, avec John Malkovitch) pour lui. Glenn Close, Cruella de Vil pour moi (bien qu’en fait je n’ai jamais vu ce film).
Ce pour quoi j’ai regardé, c’est pour Rose Byrne, qui interprête Ellen Parson. Rose Byrne c’est Briséis de Troy, c’est la rousse dévergondée dans Marie-Antoinette et surtout c’est celle qui est amoureuse de Josh Harnett dans Wicker Park, un film que je suis probablement le seul à avoir vu, avec Diane Krüger en plus. Elle est probablement la raison pour laquelle j’irais voir Sunshine. Correction : Allociné m’informe que ce film britannique est sorti en avril dans ce pays, je l’ai donc manqué (il ne sortait qu’en juillet aux Etats-Unis), c’est donc en DVD que je le verrais.

Je ne sais que rajouter. Que le cast a deux anciens de The O.C. : Tate “Mr Cooper” Donovan et le “Docteur Roberts le papa de Summer” (acteur dont je ne connais pas le nom) ? Que les rapports de force entre les deux parties sont jouissifs ? Que New-York à travers des filtres (81c-CSI:Miami-Style et 82c-CSI:NY-Style) reste quand même la plus belle ville du monde ? C’est que je ne voudrais pas spoiler !

Standard
Uncategorized

Quotes

Le Leibniz romancé de Stephenson est un homme très amusant dont je pourrais recopier pas mal de ses traits d’esprit ici parce que je les trouve drôles. Je me contenterais d’un seul. Je ne sais pas si il faut voir derrière tout ca l’oeil contemporain de Stephenson…

I assumed from your attire, that you were a fashionable Parisian lady. But I judged too hastily, for I perceive, on closer enjoyment, that you have something that such women typically lack: genuine taste.

Toute mise en relation avec une quelconque histoire de frange est évidemment purement fortuite.

Standard
Uncategorized

LiaP&CA (S3 pré-air)

Deux voies s’offrent à moi dans cet univers où rien ne me sourit mais où il faut tout de même tourner la clé dans le contact pour que le moteur de la voiture se mette en marche (vous m’épargnerez les commentaires désobligeants sur l’usage de cette piètre métaphore automobile).

La première consiste à passer en première et à continuer à rouler en première. Ce qui ne présente que peu de risque, hormis celui de se faire rattrapper par un autre automobiliste enragé qui aurait envie de m’étriper parce que je bloque la circulation en roulant à 2 à l’heure (littéralement).

La seconde consiste à tenter le subtile glissement des pieds permettant de passer en seconde, technique très peu expérimentée et soldée jusqu’à présent par une série de calages successifs (sauf des fois, mais alors la joie d’avoir réussi me fait oublier de regarder la route et je fonce dans le fossé inexorablement). Sauf que cette fois-ci j’ai lu un manuel traduit en allemand du koréen et il y a dedans une méthode infaillible et prouvée qui permet de faire ledit glissement sans encombre. La surprise de la réussite étant inexistante (ne suis-je pas sûr d’y arriver ?) je pourrais continuer mon petit bonhomme de chemin. Et comme passer la troisième ca doit pas être plus sorcier, je pourrais prendre l’autoroute et m’évader vers le soleil.

Aujourd’hui, un déjeuner puis goûter puis appéritif puis quasi-dîner sur l’herbe m’a permis de rencontrer une star MySpace et sa cour, des gens tous très sympathiques au demeurant en dépit de leur adoration parfois un peu trop visible pour ladite star. J’accompagnais pour l’occasion une membre de la garde rapprochée de ma propre connaissance, et je dis ca juste pour pas qu’on croit que je vais de mon plein gré à des réunions de MySpaciens (on m’a prévenu qu’ils en étaient après qu’il me soit impossible de faire demi-tour. Mais ne jouons pas la montée des grands chevaux, m’eu-t-on prévenu que je n’aurais point changé mon cap.)

Standard