Uncategorized

Blog 1.0

«Mon blog ne t’interesse pas ? Viens le lire quand même !»

Allez dire à n’importe lequel de vos contacts que son blog, vous vous en fouttez modérément, que, oui, des fois, par hasard et par désœuvrement vous le consultez comme ça pour savoir, mais que le contenu n’est pas à ce point attrayant pour que vous ayez envie d’y aller tous les jours. Dîtes à cette personne que la probabilité pour que vous laissiez un commentaire sur l’un des billets est non seulement majorée par tout epsilon strictement positif, mais même que cette probabilité est exactement nulle, parce que vous n’en laissez pas non plus chez Kek, que Binnie n’en a jamais eu et que même Pénélope les a fermés et que probablement, c’est là la marque d’un blog respectable. Et je ne prétends pas que ce blog ci soit respectable, vous êtes moins d’une demi-douzaine à me lire, et vous me coûtez donc chacun un peu plus de quatre euros par an. Et à six lecteurs, on n’est PAS un blog respectable. Allez lui dire ensuite que si vraiment la musique de son radio.blog est cool, vraiment, alors soit vous l’avez déjà entendue ailleurs, soit vous ne l’entendrez jamais parce que ce n’est pas votre style de musique. Probabilité pour que cette personne soit un vrai découvreur de talents ? Néante. Dans le cas contraire éventuel, lui recommander de monter un label indépendant et/ou de postuler chez Universal, ou comme chroniqueur dans un journal/émission de télé. La même chose s’applique aux vidéos YouTube. Et à tout autre chose linkable en ligne en fait. Sauf si votre ami est Spud´. Ensuite, il s’agit de s’amuser à gérer la situation en rassurant la personne sur le fait qu’on l’aime bien pour de vrai et que ce n’est pas parce que sa contribution à l’internetmultimédia2.0dupartagecommunautaire est d’une inanité confondante qu’il doit mettre fin à ses jours parce que vous pensez que ce n’est là que l’expression de son être, bien au contraire.

En 2001, ma mère me transférait les emails qu’elle recevait de ses collègues de feu Immo-By-Tel, une start-up pleine de gens cool qui passaient leur journer à s’envoyer des powerpoints de chatons sur des PC surpuissants, confortablement installés dans des fauteuils en cuir, se reposant de leur trajet en Porsche depuis leur villa à Deauville. Oui, en 2001, le monde était cool et joyeux pour les patrons de start-ups. YouTube, à mon sens, c’est jamais que la même chose, généralisé, formalisé, institutionnalisé, convivialisé. On est passé des ppt quasi-statique à des vidéos quasi-de-bonne-qualité-mais-ça-dépend-de-ce-que-tu-désignes-par-quasi, mais c’est toujours les mêmes emails avertissant que «tu vas voir c’est vraiment excellent ce truc» ou «trop mortel, mais l’ouvre pas au bureau !». Sauf que non quoi. Faut arrêter l’humour d’open-space. Ça va cinq minutes. J’ai explicitement choisi des études élitistes pour ne pas subir les blagues à la con de machine à café du genre «Y a trois corses sur un banc, une vache passe. Le premier dit “c’est la vache à Fernand”. Une demie-heure plus tard le second dit “Ah non, c’est la vache à Germain”. Une heure plus tard le dernier dit “Ah non moi j’aime pas les disputes”, se lève et s’en va.» (quoi que celle-là, elle est drôle, j’en ai subit une autre plus tôt dans la journée sur les ENArques, nettement plus sans intérêt).

Si un jour, toi, contact de moi, tu te rends compte que je suis en train de te houspiller parce que tu ne trouves pas que les musiques que je mets à ta disposition sont super cool, ou parce que tu n’as pas regardé la dernière série américaine à la mode que j’ai chaudement recommandé, ou parce que tout simplement tu trouves que ce que j’écris est d’un intérêt fort limité, alors toi, contact de moi, je t’autorise à me dire que je suis un sale arrogant imbu de lui-même et persuadé de posséder la science infuse. Je t’autorise même à me dire de retourner faire mon aigri en lisant du Gibson confortablement installé sur un fauteuil du StarBuck le plus proche puisque c’est tout ce qu’un élitiste de mon espèce soit capable de faire correctement. Je t’en saurais fort gré. Et peut-être même que pour ta peine je t’offrirais un Venti Chai Tea Latte ou un Grande Chocolat Viennois Signature. Avec un brownie même si tu es sage.

Standard

4 thoughts on “Blog 1.0

  1. Oh mais j’accepterai volontiers le Grande Chocolat Viennois Signature, "sale arrogant imbu de lui-même et persuadé de posséder la science infuse" puisque c’est la condition sine qua non ;-).

  2. Ju says:

    Si je t’ai houspillé à l’insu de mon plein gré (oui mais quand ???) alors je ne pourrais que m’exécuter… Mais question essentielle : je t’ai houspillé ?

  3. Wadzar says:

    Non ? bon, j’oublie le Starbuck. Profiteur ? si peu… =p
    (pour la réprimande, on peut s’arranger ! ces musiques sont mauvaises ? très mauvaises ? arf ça ne marche pas…)

Comments are closed.