Uncategorized

Some occupying stuffs

Avant toute chose j’ai envie de préciser que en cet instant précis, samedi soir, je suis en train de taper avec NRJ dans les oreilles. Je ne sais pas si je vais tenir longtemps avec cette voix électronique traffiquée qui répète depuis cinq bonnes minutes «I called my friend Michèle and I went to the club to the club». Pourquoi je m’impose cette horreur dans les oreilles est un mystère auquel je ne saurais pas moi-même répondre. Sur mon téléphone, NRJ est préselectionné entre Sport MX et France Protestants (qui se transforme en Radio Notre-Dame en journée), je trouve que la place est bien choisie.

Puisqu’on parle de Michèle, il est tant que je mentionne ici Skins la série sensation de Channel4 diffusée en ce moment même (du moins ces temps-ci) sur Canal+. La télé anglaise a la même propension que la télé française a vouloir faire la même chose que les américains. Normal, les téléspectateurs aiment les trucs américains. Ce qui donne tout son intérêt à la télé britannique, c’est que elle, elle sait qu’elle a pas une masse immonde de moyens, ce dont nous, en France, on n’a jamais pris conscience. Les Trois Clés sur M6 le mercredi c’est plein de trucs qui sentent le manque de moyen à plein nez. Et je ne parle pas que des plans de travers avec les filtres. Les rosbeefs donc jouent la carte du réalisme. ABC avait Alias, BBC3 lance Spooks : des espions dans leur quotidien, déjouant les plans des intégristes pro-life, loin du terrorisme international pour la domination du monde à l’aide d’un savant du XVIe siècle (ajouter ici d’autres trucs invraissemblables du genre clone, résurrection &c..). La FOX avait The OC, et maintenant la CW a Gossip Girl (la meilleure série de cette année, je le répète pour ceux qui n’auraient pas encore compris), E4 réplique avec Skins. On me murmure que ce serait interdit au moins de 18 ans tellement c’est trash. Il a Cassie l’anorexique, Syd qui ne passe pas un épisode sans se faire pisser dessus par un passant, Michèle et Tony le couple animal et tous les autres. Ils boivent, fument, couchent (ou pas, entre eux, avec leur prof, des inconnus…), chaque épisode est un grand n’importe quoi dans tous les sens du terme où les acteurs et ce qui ressemble à une surabondance de scénario surréaliste remplacent avantageusement le manque de moyens.

Y a quelques semaines, je disais mon dégoût des jeux d’aventure pour la DS. Entre temps j’ai maudis mon incapacité à faire fonctionner wine correctement sous linux, wine qui aurait pu me permettre de jouer à la version tridimensionnalisé de Sam & Max et à d’autres jeu d’aventure en deux dimensions designés exclusivement pour Windows. Je veux aussi un Dell XPS rouge, mais ça n’a presque rien à voir. Donc, devant mon incapacité technique à jouer à ces jeux, je me suis rabattu sur de l’unidimensionnel, des jeux auxquels mon père aurait pu jouer si il avait eu un Sinclair ou un Apple II lorsqu’il avait mon âge : des aventures en mode texte. C’est tout pareil que de jouer aux Chevaliers de Baphomet ou à Monkey Island (ce que j’ai fait pendant mon enfance puis l’an dernier, puisque je rappelle qu’avec ScummVM et modulo un petit tour là où on sait (ou en me demandant gentiment) on peut rejouer à tout ça sur toutes les plateformes, y compris la DS !), je disais donc, c’est tout pareil sauf que c’est que du texte. Certaines interactive fictions ont des images incluses mais c’est toujours très statique. On se déplace dans un univers en disant go north ou say manchester to horse, on examine jewels et même, dans celui que je vous propose un peu plus bas, il faut lancer ses propres sorts ! Il y a une masse énorme de jeux, mais je vous en suggère deux pour commencer. Evidemment tout ça est en anglais. Il y a quelques jeux en français, mais je n’en ai trouvé aucun de vraiment génial jusqu’à présent. Mon goût va dans le sens des aventures LucasArt/Baphomet : des puzzles d’inventaires et de l’humour. Il y a tout un tas d’autres genre d’interactive fiction, y compris des jeux où l’on ne gagne pas, on se contente simplement de discuter avec une statue. Le premier est très court, il s’agit du puzzle de base “essaie de sortir d’une pièce où tu es enfermé”, s’appelle Suveh Nux !(jeu+solution dans le zip) et a gagné une compétition dans sa catégorie y a moins de deux semaines. Le second c’est A fine day for reaping qui se rapproche plus des jeux graphiques mentionnés plus haut. Un peu plus long (deux heures devraient suffire cependant à le finir, moins avec les solutions sous les yeux), plus drôle, avec plus de scénario et donc de texte à lire aussi. Si vous appréciez, j’ai plein de liens sur mon del.icio.us à commencer par le blog d’Emily Short. Ah oui j’oubliais le point essentiel, pour y jouer : pour Windows je recommande ce que j’utilise moi-même pour Linux, c’est-à-dire gargoyle et pour Mac, j’ai eu l’occasion d’utiliser Spatterlight qui m’a paru tout à fait chatoyant. Ces trucs là s’installent une bonne fois pour toute et après vous pouvez jouez à tous les jeux que vous voulez ! En plus tout ça est gratuit et légal ! Notez que vous pouvez jouer à certains jeux en ligne grâce à zplet mais en général les jeux dispos sont ceux des années 80 (Adventure, Colossal Cave, Zork &c..) et risquent de vous ennuyer plus qu’autre chose (en plus l’applet java chez moi affiche très mal les caractères, c’est limite illisible)

Oui, je veux un XPS pour jouer à des IF alors qu’un Apple II suffirait. Je sais que c’est ridicule. Et alors ?

Standard

One thought on “Some occupying stuffs

  1. Ju says:

    Le retour des if

    Depuis quelques mois je vous recommande régulièrement de jouer à des fictions interactives, eh bien je vais continuer encore un peu. Et cette fois-ci, une fois n’est pas coutume, en français !

Comments are closed.