Uncategorized

Dans l’avion

Oui, lecteur perspicace, tu auras remarqué que ce post est complètement anti-daté puisque le 10 août à 19h32 (heure de Paris) j’étais encore dans l’avion, en train de survoler le fleuve Ob, quelquepart en Russie.

Prendre l’avion au-dessus de ce qui me semble être la Sibérie est une expérience tout à fait différente des voyages que j’ai pu effectuer jusqu’à présent (New York, la Guadeloupe ou même dans une moindre mesure, Rome) parce que cette fois, je survole une zone terrestre non (ou très peu) habitée. C’est facile à déterminer puisqu’en contrebas je ne vois pas de lumière. Uniquement des arbres, des lacs et des rivières . Et des lacs aussi.

Évidemment, lorsque l’on traverse l’Atlantique, c’est sombre en-dessous de nous. Mais c’est normal, c’est la mer. On ne peut pas y poser le pied et va trouver une source d’énergie facilement exploitable. Lorsque l’on fait New York – Houston, que l’on survole l’Amérique profonde, il ne se passe pas une dizaine de kilomètres sans que l’on ne croise un attroupement d’habitations. De chaque côté de l’Atlantiquem quand on décolle de Roissy puis que l’on aterrit à Kennedy c’est un tapis tissé serré de civilisation que l’on a sous les pieds.

Là, rien.

Alors qu’il y a du bois en quantité insondable, des lacs et des rivières d’où tirer une énergie inépuisable. Alors pourquoi il n’y a personne ? Je veux bien que le climat soit terrible, mais en plein cœur du Texas, c’est pas la joie non plus hein ! Et en plus, ici, il fait frais (j’ai déjà précisé que je ne supportais pas la chaleur ?)

J’aime les villes, c’est d’ailleurs pour ça que je suis dans cet avion pour Tokyo. J’ai lu hier que c’était une ville relativement moche. C’est quelquechose qui ne m’a absolument pas déplu. Une vraie ville, c’est moche c’est sale. Paris, surtout son centre, est magnifique, ça n’est pas une ville. Houston n’est pas une ville. Un jour il faudra que j’aille par moi-même voir Los Angeles, parce que je n’arrive pas à me faire un à priori.

J’aime les villes et mon plus grand regret, c’est d’être né un bon millier d’années trop tôt, à supposer que d’ici un bon millier d’années la Terre ressemble à un Trantor ou Coruscant. Avant ce vol, j’aurais dit “quelques centaines d’années”, mais face à l’apparition de tant de contrées inhabitées dans mon esprit, je me dois de réévaluer mon jugement…

Sans blague, comment se fait-il qu’aucun succédanné de Dr. No n’ait encore pris possession d’une des rives de l’Ob pour y construire un complexe mediatico-financier (je dis ça, mais ces gens font de l’argent comme ils le désirent mais comme le pétrole c’est pas trop trop un placement d’avenir, je recommande davantage l’option data-heaven (Cryptonomicon style), surtout qu’au vu du climat y a une économie flagrante au niveau des frais de climatisation), alimenté par quelques barrages habilement dressés et déservi par un aéroport international (et le Trans-sibérien pour le côté fun (j’aime bien le train comme concept pour voyager)).

Standard