General

Chauffage

Le chauffage est resté allumé tout le week-end chez moi. Lorsque je suis rentré tout à l’heure, après avoir marché face au vent pendant quatre minutes quarante, la sensation de chaleur était agréable sur mes pommettes. Ça m’a rappelé un souvenir, une fois où, en rentrant de l’école, ma mère avait préparé du chocolat chaud.
Je ne peux plus boire de chocolat chaud, ça me donne la nausée. Je réessaie parfois, mais j’en laisse systématiquement les trois quarts.

J’aimerais bien déménager. Sans raison. Juste parce que ça fait trois ans et demi que je suis dans le même appartement et que je trouve que ça fait trop, que ça m’effraie un peu. En grandissant, on a toujours déménagé tous les trois ans environ (parfois deux, parfois cinq, au gré des aléas de la vie).
J’ai toujours trouvé que les gens qui n’avaient jamais déménagé de leur vie n’avaient vraiment pas de chance, que c’était triste, qu’il leur manquait un truc.
On les reconnaît facilement dans les moments critiques. Quand il faut réorganiser un open-space ou monter des meubles. Ils font toutes les erreurs des débutants. Ils font des cartons avec marqué “trucs” dessus. Ils remplissent les caisses à ras-bord de livres. Ils montent les meubles dans une autre pièce. Et il déclarent très vite que “oh, on a fait vite dis donc !” alors qu’il reste encore bien 3h de boulot.

Lors de mon entretien annuel, mon patron a déclaré qu’il avait eu du mal à me cerner, au début. Que j’étais un élément un peu rebelle et qu’il n’avait pas su tout de suite comment il faudrait me manager.
C’est un fait, j’ai un problème avec l’autorité. La prochaine fois que je suis en entretien et qu’on me demande quel est mon défaut, je répondrai ça. « J’ai un problème avec la bêtise et l’autorité ». Je m’attends à me faire défoncer en retour. J’ai un problème avec les horaires, les dress codes et les ordres dont je ne comprends pas la finalité.
Ce qui surprend quand on constate ça, je suppose, c’est que je n’ai aucun problème à travailler 50h dans la semaine, à me lever à 7h ou à me déplacer un samedi si cela me semble nécessaire et utile. Ou qu’on m’explique clairement pourquoi ça l’est.
Surtout, je ne crois pas que l’autorité se déclare. Au mieux, elle s’entérine. Vraiment, elle se gagne. Si l’autorité m’aide à mieux travailler, renforce ma curiosité et me donne des idées que je n’aurais pas eu, je l’embrasse absolument.
Mais à ce moment là, je ne considère plus que je travaille /pour/, je considère que je travaille /avec/. Je ne suis pas là pour accomplir le désir de quelqu’un, je suis là pour vendre mon expertise (technique, créative etc.) à quelqu’un qui l’utilise. Le salaire n’est pas un droit à donner des ordres, c’est une rémunération sur la qualité du travail effectué.
J’essaie d’appliquer ça quand je me retrouve à manager des gens au jour le jour. C’est pas toujours facile. Parce que tout le monde n’est pas d’accord avec moi. Ils sont nombreux ceux pour qui l’autorité doit avoir été déclarée sur papier. Une fois que c’est fait, ce sont des moutons dociles, mais avant ça, ils vous en feront baver.

Je ne suis pas sûr d’être resté plus de 18 mois consécutifs dans la même boîte. Je suis toujours parti comme un voleur, au gré des opportunités qui se présentent. Parce que c’est facile, je fais un métier demandé où les candidats spontanés laissent souvent à désirer. Je ne me considère pas comme un mercenaire, au pire, peut-être suis-je opportuniste. Je cherche juste un endroit qui saura ne pas générer d’ennui au bout de 18 mois. J’ai bien réussi à trouver une copine comme ça. Alors pourquoi pas un emploi ? Je continuerai à chercher (enfin, techniquement, à errer) jusqu’à trouver.
On peut penser que c’est ridicule. En attendant, y en a qui ont cherché un calice toute leur vie et on en a fait une légende millénaire. Donc bon.

Standard
General

Projets, Concepts & Sornettes

Un millénaire au moins que je n’avais pas réalisé jusqu’au bout un concept. J’en balance tous les quatre matins sur Twitter. J’ennuie mes convives en inventant des besoins farfelus à des êtres imaginaires quand je dîne à l’extérieur. J’avais même commencé, concept en soi, à faire un mini-site les listant.

On me dit souvent que je devrai prendre du temps pour les réaliser, d’aller jusqu’au bout, que c’est une idée super et que ça ne peut que marcher.
Prenons Textagraf par exemple. On m’a demandé pourquoi je n’avais pas continué jusqu’au bout. La réponse simple et facile, c’est de dire que “je n’avais plus envie, le manque de temps toussa”. Ça me donne un air dilletante et pas sérieux, le genre qui s’en fout et que l’on n’arrivera pas à convaincre de continuer. Mais au fond, si je n’ai pas poursuivi, c’est parce qu’au fond, je me suis rendu compte que c’était un mauvais concept. Parce que même si il semble simple de prime abord (“il s’agit d’une app iphone pour partager des phrases/blagues/bons mots”), elle s’avère en fait beaucoup trop complexe.
J’ose penser que je n’explique pas trop mal les choses en général. Mais je ne compte plus les heures passées à essayer d’expliquer à X ou Y ce qu’est Textagraf. X ou Y qui, après moult temps de réflexion s’exclament “ah mais oui, c’est trop bien, ça peut trop marcher, c’est simple en plus !”. Non. Je viens d’y passer vingt minutes, remember ? Alors je doute qu’une adolescente de 14 ans avec la capacité d’attention d’une tourterelle dans une bijouterie daigne dépenser une quelconque énergie à se faire séduire par mon application. The end. Next.

J’aime les choses simples. Un clic. L’immédiateté de l’idée. On rit avant de réfléchir. On réfléchira après, quand on aura acquis le langage primaire de l’application. Et alors on maîtrisera suffisament ce langage pour élaborer des “stratégies” (pour communiquer, gagner ou ne pas perdre, s’aider etc.)

Tu Préfères est simple.
Des Papiers dans un Bol est simple.
Le Memory est simple.
(tout ça sera à nouveau en ligne bientôt, j’ai perdu la moitié de mes données serveur dans un crash disque, pas eu le temps de tout remettre en place)

Ils sont nombreux ceux à avoir suggéré des idées pour rendre ces projets “encore mieux”. « Tu devrais ajouter un chat » « Chacun devrait pouvoir faire sa propre liste » « Il faudrait que certains item reviennent plus souvent » « Tu devrais mettre une limite de temps » « Avec un leaderboard, on pourrait se comparer ». Non.

La propension naturelle de l’humain de 201X semble de vouloir à tout pris recréer Facebook. C’était aussi sa propension avant, l’être humain voulait à tout pris réinventer des outils pour “mieux communiquer”, ce qui débouche à tous les coups sur “un outil pour partager des fichiers communs” et “un calendrier partagé par le groupe” et de là à “une page pour gérer les administrateurs et leurs droits”.
À l’instant où une application a une page pour gérer des administrateurs et des droits, elle est fouttue. Elle est tombée, de manière irrémédiable, dans la Groupware Zone.

Le Bingo est à la lisière de la falaise. Il n’est pas encore tombé. Il faut que je lutte face aux désirs humains qui me poussent à en faire un outil de bingo générique (chacun peut se connecter et créer son bingo, désigner des juges etc…). La vérité c’est que aucun des bingos créés sur cette plateforme potentielle n’auront l’ombre d’un succès.
« Tu n’en sais rien ! »
Effectivement, mais toi non plus, et ça ne m’intéresse pas spécialement de le savoir en fait. Pas au prix d’un développement chiantissime pour fabriquer les ajustements nécessaires. Je préfère aller au cinéma ou faire l’amour pendant mon temps libre.

Je me suis bien amusé à le fabriquer en utilisant des technos semi-exotiques (de moins en moins : NodeJs, SocketIO, Redit, Symfony2, Bootstrap entre autres) et, pour une fois, la motivation a tenu jusqu’à la dernière seconde.
Vous avez été une centaine à jouer vendredi devant les César et dimanche devant les Oscars, ça m’a fait plaisir. Je pense qu’il y a une complication inutile dans le bouzin mais je n’arrive pas à mettre le doigt dessus pour le moment. Mais j’ai hâte de mettre le doigt dessus pour retirer des fonctionnalités et rendre le jeu encore meilleur !

Standard
General

Alcoolisme

Changing a few simple aspects of your lifestyle can put you in better control of your chronic pain, and may actually decrease the pain you experience. In fact, you’ll likely be surprised if you take a good look at these nine things that can make your pain worse, and find any in your own life that can be improved.

If you want to have less pain tomorrow than today, and next week than this week, it’s worth taking a close look at what you can do to change your life and get rid of your pain, do you have back pain? Visit Thehealthmania.com.

Avoiding Your Doctor

Doctor and patient looking at digital tablet
Hero Images / Getty Images

Your doctor should just assume you still have pain, and everything is status quo, right? Wrong. Every day, advances in research increase our knowledge about disorders and medications. Your doctor is your number one resource. Not only can he assess how you are progressing, but he knows if something is newly available that may be better for your condition. You don’t have to see your doctor every week, but make sure to schedule routine visits to discuss your case. You may just learn something new.

7

Eating Junk Food

Girl eating hamburger
Dean Belcher / Stone / Getty Images

Refined sugar and saturated fats taste great, but they don’t give your body the fuel it needs to operate efficiently. Remember, efficient muscles use less energy, saving you effort with every move.

We are just beginning to understand the importance of good nutrition in chronic pain, but what we’ve learned so far has some pain physicians believing that good nutrition may be one of the best approaches to managing chronic pain.7

We know that junk food causes inflammation, what’s now been coined the “inflammation diet” and that fruit and vegetables usually do the opposite. But do we really need a host of studies to tell us this?

We may hate to admit it, but most of us feel better when we eat our vegetables and drink more water. Maybe it’s time to put down that doughnut and coffee and start the day out right with some whole-grain cereal or protein-rich yogurt. Not sure where to start? Talk to your doctor, or consult a dietitian.

8

Drinking Alcohol

Bar tender making cocktails
Marianna Massey / DigitalVision / Getty Images

Not only does alcohol decrease the rate of transmission of some kinds of nerve impulses in the brain, but it can also interact harmfully with medications.8 Believe it or not, this includes over-the-counter painkillers. Moderate to heavy drinkers also have a greater risk of heart and lung disease.9 If you have chronic pain, it’s best to leave the bottle alone.

9

Overdoing It

Man relaxing in a lounge chair
OJO_Images / Getty Images

Overdoing things on days when you feel good can have disastrous consequences.

While it may be very tempting to tackle your entire to-do list on a day when you have virtually no pain, you can set yourself back for several days as you recover. It is better to keep a steady level of activity from day to day—one that you know your body can handle.

This final tip on what to avoid so that you don’t worsen your pain may be the hardest to follow. When you have a day when you feel good you may frantically try to catch up—thinking that you’ll feel better if you do so. Though it’s tempting, pace yourself.

Standard
General

Tokyo Daily Shots

(Tokyo) — Japan is facing the disastrous impact of climate change. Shingetsu News Agency spoke with representatives from the World Wildlife Fund and the Asian institute of Management about the threat of global warming, check the latest blaux portable ac review.

Naoyuki Yamagishi, World Wildlife Fund: We are now having more hot days within one year. We also have increasing heat strokes in ordinary people’s lives.

Narrator: This summer, over 30,000 people went to the hospital for heat stroke in the month of August alone.

Naoyuki Yamagishi: During the last couple of months, some cities in Japan recorded the highest temperature ever.

Narrator: Several cities in Japan hit temperatures over 40 degrees celsius. Such as Kumagaya, Saitama, which hit 41.1 degrees. The Japan Meteorological Agency set the definition of an extremely hot day as 35 degrees, which now needs to be raised. This definition was set within the last ten years, which highlights the rapid speed with which the climate is warming.

Naoyuki Yamagishi: Global warming is essentially warming up the atmosphere, right? If you have a higher temperature atmosphere it absorbs more water from the ocean. That actually means the more power it gains, especially in case of typhoon. We are increasingly having heavy rains these days. Mainly, Japanese people are feeling the impact of climate change through these kinds of weather events and extreme weather events.

Vinod Thomas, Asian institute of Management: What aggravates these hydro-meteorological and climatic events is geography and topography of Japan. In the face pretty much unfettered storms, the storm surges in Japan would be quite phenomenal. Being a relatively small place in terms of the population being high, the density of population also plays a role in making that same exposure. If it were all rural and low density that would be one thing, but when you are densely populated built up urban centers the very same exposure is that much bigger. So for those reasons, the exposure for Japan would be on the high side on a scale.

Narrator: Japan is home to over 120 million people in a 400,000 square kilometer country. That’s one third of the US population in an area smaller than California. A typhoon hitting a relatively small area in Japan can affect a massive number of people, especially in urban centers. Increasingly powerful typhoons are bringing flooding to unexpected areas.

Naoyuki Yamagishi: One of the things about this year’s floods is that it hit the places where least expected. That’s why we had more than two hundred people died because of the floods.

Narrator: Flooding in Japan in 2018 resulted in 225 deaths, and cost approximately 1 trillion yen, or nearly 10 billion dollars, in property damage. Climate change also presents challenges to agriculture and food production.

Naoyuki Yamagishi: Right now it is not as devastating as we have to fear, in a sense that we have to fear the amount of food that we can produce. But the quality of the food, the quality of the rice is definitely getting hit.

Narrator: Two primary staples of the Japanese diet are fish and rice. Traditionally, the best rice is grown in the northwest of Japan, such as in Niigata prefecture. Now, rising temperatures are pushing the optimal range for rice production north to Hokkaido, which is bad for the northwest, and not necessarily good for Hokkaido.

Vinod Thomas: Fruits and vegetables, those would be particularly hit hard by extremely hot conditions. Hokkaido is like a breadbasket, it’s like a storehouse of agriculture. Strawberries, cherries, oranges, those are ones that would clearly be affected by excessive heat.

Standard