Uncategorized

Je le savais

Your Career Type: Investigative

You are precise, scientific, and intellectual.
Your talents lie in understanding and solving math and science problems.

You would make an excellent:

Architect – Biologist – Chemist
Dentist – Electrical Technician – Mathematician
Medical Technician – Meteorologist – Pharmacist
Physician – Surveyor – Veterinarian


The worst career options for your are enterprising careers, like lawyer or real estate agent.

What’s Your Ideal Career? – Piqué chez lalaith

Je savais que j’avais une âme d’architecte…

Standard
Uncategorized

Question interressante

Lorsque je regarde la télévision l’après-midi, je zappe souvent entre les chaînes musicales dans un semi-coma.

Et en ce moment, le gros machin qui déchire sa maman, c’est les Pussy Car Dolls.

Affalé sur mon canapé, je me suis donc demandé ce qui était pire. Pire ? Choisissez donc ce qui vous semble le pire parmi les liens suivants :

  • Y un autre clip techno avec des filles dans un bus qui ressemblent vaguement à cette fille sur la plage mais je ne me rappelle plus ni le nom de la chanson, ni celui de l’individu qui l’a créée…
Standard
Uncategorized

Saison 5 – Episode 3

Enchaîner 2 chroniques sur Alias, c’est mal. Oui, mais, faut-il tuer Michael Vaughn ?

C’est un épisode que mon ami N. devrait détester.

Et pour cause, lui, il est fan d’Alias.
C’est exactement pour la même raison que moi, j’ai énormément adoré cet épisode.

Lui vit avec ce fantôme récurrent de la saison 1 et n’a de cesse de vouloir que tout soit élégant. Remarquez, moi aussi, il n’y a pas si longtemps, j’avais ce souci de tout rendre élégant, ce virus dirais-je même car à terme, on pourrait aisément penser que la recherche de l’élégance est pathologique. N. m’objectera que l’on peut se contenter d’être médiocre, mais que lui a décidé d’atteindre la perfection illusoire de l’âme.

Là où lui échoue également, c’est dans la confiance sincère qui devrait s’installer entre nous, pauvre télespectateur avide, et eux, scénaristes tayloristes travaillant dans de petites salles de locaux à mourrir d’ennui. Cette confiance m’habite depuis à peu près le début de la série. Et même si parfois je suis ponctuellement déçu (le final de la saison 4 n’étant pas le summum de la perfection), je suis globalement satisfait du travail fourni. N. dira que je me contente de peu et que c’est le mal.

Et cette semaine, même si les justifications m’ont déçues (“Rachel, tu ne travailles pas vraiment pour la CIA”) le tout est bien ammené.
Surtout, l’essence d’Alias, selon moi, ce n’est pas l’élégance ou le charisme des personnages, ça, on peut eventuellement le trouver dans d’autres séries, et je ne ferais qu’amplifier un matraquage déjà existant en vous recommandant de regarder Firefly (Joss Whedon 2002), non, l’essence d’Alias, c’est “l’entité jetable”, ces personnages dans lesquels on se mouche ou avec lesquels on se rase puis que l’on jette dans la corbeille de la salle de bain, quitte à aller les chercher si la boite venait à se tarir.

Et cet épisode, comme le précédent, est typique de cette philosophie. Le “type à lunette” que l’on pouvait trouver agréable, voire carrément chouette, est tout simplement éjecté, au propre comme au figuré de la série, avant qu’il ne perde tout son intérêt. Car quoi de plus interressant que des personnages temporaires mystérieux. Attention, pas du mystérieux cheap, non, du mystérieux tel qu’on est intimement persuadé qu’il y a un réel mystère derrière tout ça.
Pareil pour le pseudo-SD6 où Rachel travaille. Son existence est de type kleenex. A peine l’a-t-on découvert, justification un peu trop facile de l’origine de Rachel (que jusqu’à présent je prenais pour le Mal (cf première chronique)) qu’il explose, rasé, détruit à jamais. On a décidé de ne plus être prétencieux cette année, et on a également décidé de ne plus faire l’erreur de la Saison 3 qui fut de laiser beaucoup trop de portes ouvertes. Là, c’est clair, la porte n’existe tout simplement plus.

Alors non, c’est vrai, N. aura raison, ce n’est plus Alias. On pourrait effectivement lui trouver un autre titre pour l’occasion et le promouvoir “spin-off” officiel.
Mais c’est quand même Alias. Tout comme Angel reste encore et toujours du Buffy ou Atlantis reste du SG-1, comme Le Prince de Sang-Mêlé reste Harry Potter, malgré que tout ce qu’il contient soit aussi proche de HP à l’école des sorciers que moi de Mélissa en ce moment. Et pourtant, il existe toujours un lien immatériel et permanent qui relie les premiers aux seconds.

C’est pour cette raison que l’épisode d’Alias de cette semaine est l’un des meilleurs que j’ai vu depuis bien longtemps. La dernière fois, ça devait être pendant la Saison 3…

Standard
Uncategorized

Saison 5 – Episode 2

Où l’auteur compense 9 jours d’abstinence bloguistique par des publications frénétiques autant qu’inutiles qui ramènent à la vie la catégorie télévisuelle auparavant surexploitée introduites de façon fort Paxatagoricienne (pour ne pas dire Verno-Voltairienne).

Gare aux habituels spoilers. (enfin je sais pas ce que je pourrais bien révéler qui soit compromettant ou spoilerisant)

“Quatre mois plus tard”, frère aliassien du “72 hours earlier” fait son apparition dans la continuité totale de l’épisode précédent.

On découvre donc une agent secrète au physique pas forcément hyper hyper attrayant qui travaille dans un bar et qui a l’air un peu paumée. On a tué son amant, alors elle est pas contente du tout du tout. Mais alors vraiment pas. Pour se venger, elle porte donc une perruque rouge et décide de faire confiance à la CIA.

Toute ressemblance avec des faits ayant précédemment été énoncés serait purement fortuite (évidemment).

On découvre plus tard, un méchant charismatique à lunette. Il est blond et il est pas gentil avec Sydney. En plus il fait de l’humour. Alors on lui donne un liquide traceur qu’il ingurgite et ensuite pregnant-Syd l’envoie valser dans le Grand Canal (d’Amsterdam, plus de budget pour Venise cette saison). C’est là que l’on observe une variation subtile avec les saisons précédentes : le méchant blond à lunette mystérieux ne transfuse pas l’entièreté de son sang, il se contente de prendre l’avion. Quel abruti. Heureusement qu’il meurt, il était vraiment trop bête.

Furtivement, on peut admirer deux magnifiques airbag sans qu’il y ait besoin de montrer une quelconque voiture. C’est la coupure “sécurité routière” obligatoire.

Il y a un nouveau Vaughn qu’il est mal rasé.

Il y a Rachel Nichols… ah oui, mais ça j’en ai déjà parlé…

Bon, il y a bien cette magnifique scène de B2 s’accrochant sous un avion de ligne et la bombe sans détonateur mais quand même une sorte de bombe dans son genre.

Alors évidemment, de tout ça on pourrait conclure que l’épisode n’est pas terrible. Mais non, il est bien, pas prétencieux et on a un cliff, une continuité et tout et tout. Alors il va vite se dissoudre sous la langue mais au moins, après, on aura pas mal au ventre… ça c’est sûr…

Standard